Parcours européens à Rouen

Rouen Métropole : au Nord de la Seine Rouen Métropole-Normandie

Croisset : une mairie inspirée de l’hôtel de ville de Stockholm
Un maire papetier et sa mairie

Le nouveau profil de Croisset

L’industrialisation portuaire

Au début du XXe siècle, la commune de Canteleu est composée de plusieurs hameaux, dont Croisset qui profite de l’industrialisation du port de Rouen. En 1907, le papetier Armand Aubry fonde à Croisset une grande usine, qui produit du papier journal, utilisant de la pâte papetière et du bois importés de Scandinavie. En 1939, la société Aubry produit essentiellement des emballages. Au fil des années, La direction de l’entreprise est assurée par le fils, Henri Aubry, et le neveu, Henri Breton. En 1983, la société Aubry est rachetée par le groupe suédois Mölnlycke. Mais l’usine ferme ses portes dans les années 1990.

Croisset papeterie Aubry. Cl. dubato.fr

Du projet à la réalisation d’une mairie à Croisset

Déjà en 1908, la municipalité de Canteleu envisage de construire une nouvelle mairie. En 1934, un concours de projets d’architecture est lancé. Le lauréat est Pierre Lefebvre (à son actif, la mairie de Mesnil-Esnard ). Mais c’est seulement en mars 1936 que la commune acquiert une propriété à Croisset, quai Gustave Flaubert, sur « la rive ». La première pierre est posée au printemps 1937.  Mais le chantier prend du retard. En cause, l’application des lois sociales du Front Populaire et la nouvelle donne en politique extérieure. En novembre 1937, on demande à l’architecte de prévoir des travaux de défense passive. Il en résulte l’aménagement d’un abri dans le sous-sol du beffroi. La mairie, encore en chantier, est mise en service en 1941 et fonctionne jusqu’en 1990.

Un maire et sa mairie

Lorsqu’il devient maire de Canteleu (en 1935), Henri Breton impose ses références culturelles dans l’architecture et le programme iconographique.

L’influence scandinave

En relation commerciale avec les pays nordiques, le nouveau maire veut réaliser un hôtel de ville s’inspirant de celui de Stockholm, construit entre 1911 et 1923. D’où le choix comme matériau de la brique rouge de Beauvais et l’édification d’une puissante tour-beffroi carrée, coiffée d’un campanile à lanternon, abritant un carillon à douze cloches. Certes, il y a une différence d’échelle et de fonction entre les deux édifices.

Le modèle : l’hôtel de ville de Stockholm

Hôtel de ville de Stockholm vu du lac Mälaren
Reine du lac Mälaren

L’hôtel de ville de Stockholm est un imposant édifice, ayant nécessité l’emploi de huit millions de briques rouges, articulé sur deux grandes cours.  Dominé par son beffroi et se mirant dans les eaux du lac Mälaren, il a une forte identité urbaine. Cumulant fonctions municipale et internationale, avec l’organisation du banquet annuel des prix Nobel, l’hôtel de ville dispose de salles d’apparat. La plus somptueuse est la Salle dorée, tapissée de mosaïques dorées, évoquant l’histoire du pays et mettant à l’honneur une imposante et étrange reine du lac Mälaren, présentant les principaux édifices de Stockholm.

En se dotant d’une tour de 106 m de haut, dépassant celle de Copenhague, coiffée d’un campanile de neuf cloches, surmonté d’un dôme doré, orné de trois couronnes, le monument est un symbole national.
Cet hôtel de ville est lui-même une réinterprétation des hôtels de ville médiévaux gothiques en brique des villes hanséatiques : Gdansk, Torun en Pologne …

La filiale : la mairie de Croisset

Mairie de Croisset

Elle se singularise par son plan massé et centré, sa puissante tour formant porche, cantonnée sur l’angle droit de la façade, dotée de chaque côté d’un cadran d’horloge.
Le bâtiment comprend deux niveaux d’élévation et un étage de comble, signalé par une grande lucarne-fronton.
Les parements de brique donnent du relief à la façade. Dans la lucarne, la brique se marie aussi avec le béton. Dans un bandeau, se détache la devise républicaine en lettres de béton. Les pavés en céramique et la grille fermant le porche constituent un échantillon des arts décoratifs des années trente.

La marque des années trente

On retrouve aussi dans l’aménagement intérieur les tendances des années 1930 : l’époque est à la réalisation d’équipements sociaux, culturels, sportifs. Henri Breton renonce à la salle des fêtes (comme à Grand-Quevilly), avec une cabine cinématographique. Sa mairie comporte au rez-de-chaussée une perception, un dispensaire avec un cabinet de radioscopie, un service de bienfaisance, au second étage, une salle pour l’éducation populaire et une bibliothèque et au sous-sol, un violon. La santé a pris le pas sur le culturel. Cet aménagement reflète une conception paternaliste et un engagement catholique social.
Avec une grande salle du conseil, éclairée de cinq baies à balconnet, une salle des mariages et aussi un salon, le premier étage est un lieu de représentation et de réception. On y accède par un grand escalier d’honneur en ferronnerie.
L’aménagement des abords : un parc des fêtes, un jardin paysager avec des bassins et des roseraies, et sur le devant un buste de Flaubert, l’illustre voisin, n’est pas réalisé.

L’influence germanique

Girouette avec guerrier franc
Aigle aux ailes déployées inspiré de l’art des Goths

Dans des mascarons, sous la première corniche, des aigles en grès céramique sont représentés de face, ventrus, les serres et le bec proéminents, les ailes déployées. Non justifiés par l’héraldique locale, ils s’inspirent visiblement de l’art des Goths. En outre, comme girouette, un guerrier franc devait couronner le campanile. Héritées d’une autre époque, les  armoiries de Canteleu, trois trèfles et un chevron, sont représentées dans le fronton. 

Il y a un tropisme allemand chez Henri Breton qui se marie avec le catholicisme. Sa famille est originaire de Lorraine (Moselle). Il parle couramment allemand. Sa fille aînée fréquente l’établissement la Rochefoucauld (Frères des Écoles chrétiennes), puis est envoyée dans une institution catholique allemande en 1935.

Carte des lieux en rapport avec la Scandinavie

Le programme iconographique : l’œuvre de Tolmer

À l’intérieur, le programme iconographique est confié au peintre rouennais Roger Tolmer et réalisé entre 1941 et 1943.

Une touche Renaissance

Manutentionnaires par Tolmer

Dans la salle du conseil, le maire commande une œuvre pour célébrer les activités économiques de Canteleu. Le peintre qui aime les grands formats réalise sur le mur une fresque de sept mètres sur quatre, traitée à l’huile sur toile marouflée, s’inspirant des grandes compositions murales de Puvis de Chavannes et des fresquistes de la Renaissance.
Pour ses grands personnages, le peintre se serait inspiré des fresques du palais Te de Mantoue (Italie), réalisées à la Renaissance par Giulio Romano (Jules Romain), notamment de la salle des Géants.
Dans la partie inférieure de la composition, le peintre évoque les activités portuaires à Croisset et l’industrie à Bapeaume, en esquissant une toiture en shed et une cheminée.  La partie supérieure  est en partie consacrée à l’agriculture, présente sur les hauteurs de Canteleu. Les scènes champêtres présentent des personnages derrière un cheval ou un bœuf. Tous ces grands personnages sont en plein effort. Leur nudité met en valeur leur puissante musculature. Les modèles sont des conscrits du bataillon de Joinville, incorporant des sportifs. L’idéalisation du labeur est manifeste.
Toute la composition est centrée sur une imposante et étrange déesse Cérès, apparaissant sous un arbre et tenant un bouquet d’épis, dans le registre supérieur. Toutefois, assise en majesté et vêtue d’une robe bleu lapis-lazuli, elle a une allure virginale.

Cérès par Tolmer

Une famille biblique en mairie

Putto jouant avec une chèvre par Tolmer
Vue depuis le belvédère de Canteleu par Tolmer

La salle des mariages est évidemment consacrée à la famille. Le sujet de la fresque est ancré dans l’espace rouennais. Le groupe familial pose sur le belvédère de Canteleu. Au second plan, la vallée de la Seine avec les aménagements portuaires, et au fond, baignant dans une lumière blanche, la ville de Rouen signalée par les tours de la cathédrale. En fait, Tolmer revisite la Nativité. Les enfants potelés et ingénus ressemblant à des Amours, les femmes éclipsées par un vieillard vénérable qui présente le bébé renvoient à la famille patriarcale biblique.

Groupe familial par Tolmer

Ces fresques sont marquées par la culture classique et la sensibilité religieuse de l’artiste. Elles servent aussi les idées du commanditaire qui valorise l’autorité, la famille et la religion. Fruit de la rencontre entre un homme de pouvoir et un artiste plein d’ardeur, ces œuvres sont puissantes et entonnent déjà « un chant immense, universel » (Priol).

Postface

La chute d’un maire

Henri Breton est démis de ses fonctions de maire en 1944. La population ne lui pardonne pas d’avoir dû fournir une liste de requis aux Allemands. Sa germanophilie a pu jouer aussi contre lui. Il est décédé en 1954.

Le déclassement d’une mairie

La construction d’un hôtel de ville sur le plateau, place Jean Jaurès, mis en service en 1990, entraîne la désaffection et la mise en vente de la mairie de Croisset. Elle est finalement rachetée par le Grand Orient de France en 1994 et reconvertie en loge maçonnique.

Par son architecture d’inspiration nordique et son identité années trente, la mairie de Croisset patrimonialise le port de Rouen et invite à partir en Suède et à la recherche d’Henri Breton.

Sources et bibliographie

ADSM 2OP516/1-3 Canteleu (Croisset)
Agulhon Maurice, La mairie Liberté Égalité Fraternité, Les lieux de mémoire, Dir. Pierre Nora, Tome I La République, Gallimard, 1984.
Mairies et hôtels de ville. Évolution d’une forme architecturale et urbaine depuis le XIXe siècle, Topos 92, CAUE des Hauts-de-Seine, 1997.
Lejard Alice, Canteleu aux multiples facettes, décembre 2000.
Priol Philippe, Centenaire d’un peintre Roger Tolmer, Collection histoire(s) d’agglo, n°33, 2008.
Sitothèque :
https://www.petitfute.com/v49398-stockholm/c1173-visites-points-d-interet/c937-monuments/c939-batiment-public-hotel-de-ville/197264-hotel-de-ville-stockholms-stadshus.html

Vous aimez ? Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *