Parcours européens à Rouen

Centre Historique de Rouen Rouen Métropole : au Nord de la Seine

Entre Italie et Flandres, Rouen, capitale européenne de la faïence.

Assiette de Delft, Pays-Bas, inspirée par les décors chinois, XVIIe siècle.

Non loin du Musée des Beaux-Arts de Rouen, situé dans le superbe hôtel d’Hocqueville (XVIIe – XVIIIe siècle), le musée dévoile l’histoire de la céramique européenne, entre les influences du Nord (la faïence bleue de Delft aux Pays-Bas) et du Sud (Nevers, où travaillent de nombreux artisans venus d’Italie). Par la richesse de ses collections, la qualité pédagogique de ses cartels, ce musée vaut vraiment le détour !

Assiette de faïence d’Italie, XVIe siècle.

Rouen devient en effet, au XVIe siècle un important centre de production : carreaux de Masséot Abaquesne (XVIe siècle), poteries au camaïeu bleu de Poterat ; au XVIIe siècle, Rouen se couvre de fabriques de faïence polychrome (mais le bleu et le rouge dominent, notamment pour cette dernière couleur) grâce à la maîtrise de la cuisson de l’oxyde de fer.

Les ateliers rouennais produisent de très beaux objets dont des bustes, des mappemondes, des aiguières. Poterat fait venir des artisans de Nevers en nombre, qui font preuve d’une grande inventivité. L’influence de cette industrie (on compte plus de 10 usines au début du XVIIIe) rayonne en France et dans l’Europe entière.

 

Plat à décor rouge et bleu, typique des ateliers rouennais (XVIIe siècle).
Aiguière, Atelier rouennais XVIIIe siècle.

Le déclin, à Rouen, de cet art se produira en 1786 quand un traité de libre échange avec l’Angleterre ouvre le marché français à la concurrence de ce pays qui produit, à moindre coût, en recourant à la cuisson au charbon des faïences au décor mécanique tandis que les rouennais utilisent le bois et décorent à la main.

La concurrence de la porcelaine de Sèvres, en vogue dans les cercles aristocratiques, dont de beaux spécimens sont montrés dans les dernières salles du musée, achève de ruiner cette activité à Rouen.

Place à l’industrie textile !

 

Dès lors, la céramique de Rouen devient un objet de collection ; un musée est ouvert sous le second empire …

Pour en savoir plus :
https://museedelaceramique.fr/fr/le-musee-de-la-ceramique
https://www.patrimoine-histoire.fr/Ceramique/Rouen-Musee-de-Ceramique.htm

Se rendre au Musée de la céramique (1 rue Faucon à Rouen) :

Vous aimez ? Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *