Parcours européens à Rouen

Centre Historique de Rouen

L’écrin vert rouennais
Espaces verts et forêts de la Métropole rouennaise

Un cœur urbain, un poumon vert

Carte conçue par l’EPFN

L’heure est à l’écologie avec une préoccupation pour le cadre de vie, partout en Europe. Si dans le nord de l’Europe, Copenhague, Berlin, Hanovre sont des villes aérées avec de grands espaces verts dans le tissu urbain, le cœur de la Métropole de Rouen est lui fortement urbanisé et les espaces naturels libres comme la côte Sainte-Catherine avec le Bois Bagnères sont rares.

Par contre, les espaces boisés (25 000 ha soit 38% de la surface de la Métropole Rouen-Normandie) ceignent les espaces habités. Il y a des forêts domaniales classées en forêts d’exception comme la forêt Verte, la forêt de Roumare et la forêt du Rouvray-la Londe et sans classement la Forêt du Trait, mais aussi des bois privés à l’est et à l’ouest de Rouen, ainsi que quelques bois communaux.

En lien avec les observatoires de l’aménagement de la Métropole Rouen Normandie, de l’Agglo Seine et Eure et de l’EPFN (Établissement Public Foncier de Normandie), une carte des usages a été reproduite qui fait ressortir le boisement important autour du cœur urbanisé des territoires.

De petits paradis dans la Métropole

Dans la langue persane d’où vient le mot, paradis signifie jardin clos … Il est arrivé jusqu’à nous par l’intermédiaire de l’hébreu (pardès) et du grec (paradeisos). Il y a beaucoup de paradis dans l’espace urbain de la Métropole rouennaise.

Le jardin des plantes à Rouen

La Métropole Rouen Normandie gère 150 hectares d’espaces verts répartis dans 350 lieux différents. Quelques parcs et jardins représentatifs dans la Métropole : le jardin des plantes, le parc Grammont, les jardins de l’Hôtel de ville, le square Verdrel, les prairies Saint-Sever, la roseraie du Grand-Quevilly, l’ex-hippodrome des Bruyères, le parc de l’Argilière à Bihorel. Au cœur de la métropole existe des pépites comme la zone humide de Repainville où un centre pédagogique va être créé et le Bois de l’Archevêque à cheval sur les communes de Déville-lès-Rouen et de Mont-Saint-Aignan facile d’accès par les coteaux ouest. Certains de ces espaces ont reçu des aides européennes, via le FEDER (Fonds Européen de Développement Régional), pour leur mise en œuvre ; de même l’opération de végétalisation des quais rive gauche et de la presqu’île Rollet.

Une gestion durable, différenciée et protectrice d’espaces exceptionnels

Jacinthes dans le sous-bois au printemps

La Métropole s’est engagée dans une gestion différenciée de ses espaces verts pour préserver la biodiversité, protéger la ressource en eau et éviter toute pollution par les engrais, les pesticides et les herbicides.

Ces espaces verts sont ainsi classés en plusieurs catégories :

  • Les espaces dits de prestige fortement fréquentés qui bénéficient d’un entretien suivi,
  • Les espaces dits intermédiaires dont l’entretien est moins fréquent,
  • Les espaces naturels où la flore et la faune spontanées sont préservées avec des interventions rares et adaptées car ils sont les lieux de vie pour de nombreuses espèces rares, voire menacées, comme par exemple les amphibiens, les oiseaux et les orchidées.
Chêne des lacs à Bardouville

Seuls quelques arbres de la Métropole Rouen Normandie sont classés «remarquables» comme le chêne à la vierge à Elbeuf, le chêne des lacs à Bardouville, un platane et le tulipier de Virginie à Moulineaux, les arbres de l’Allée du Château du Taillis à Duclair ; mais depuis 2019, 13 arbres forestiers ont été ajoutés à cette liste en forêt Verte (les hêtres des Cotrets, de la Bretèque et des cinq Frères), en forêt de Roumare (le pin du carrefour Arsène, les hêtres majestueux et de l’Échelle, les arbres de l’alliance, le chêne Gadeau de Kerville et les charmes couchés des Boscs) et  en forêt de la Londe-Rouvray (les hêtres à oreilles, les pionniers, le hêtre de la Roche-Fouet, le chêne à Madame).

La côte de la Fontaine à Hénouville est classée en «réserve naturelle régionale» par le Conservatoire des Espaces Naturels de Normandie qui est en partie financé par des fonds européens.

Les roches d’Orival sont un espace classé en ENS (Espace Naturel Sensible) par le département de Seine-Maritime. Les zones humides qui subsistent représentent dans cette métropole 10% de la surface avec un marais. Des prairies humides le long de la Seine sont classées en Natura 2000 comme le marais du Trait qui a fait l’objet d’une vaste restauration écologique et d’un plan de gestion totalement naturel par le Parc Naturel Régional des Boucles de la Seine Normande. Cet espace proche de la zone d’activités des Malaquis est pâturé toue l’année par des vaches Highlands de petite taille mais avec de superbes cornes. Les promeneurs , les cyclistes et les riverains ont la joie d’y voir ces animaux et une flore exceptionnelle.

Le travail futur consiste à maintenir ou à recréer des continuités écologiques fonctionnelles entre les différents écosystèmes et à restaurer les coteaux calcaires qui jusqu’au milieu du XXe siècle étaient pâturés comme, depuis quelque temps, la colline Sainte-Catherine.

Lieux paisibles de loisirs et de culture

Hêtraie dans la brume (Forêt Verte)

Dans tous les espaces, il est possible de profiter du calme, de la nature et de découvrir une grande variété d’espèces végétales et animales. Les massifs forestiers à Darnétal et à Saint-Etienne du Rouvray ont une maison des forêts avec des animations et des moments de découverte. La forêt de Roumare dispose d’un parc animalier refait à neuf. La forêt du Rouvray recèle un oppidum à Orival et une maison des forêts dans l’ancienne maison forestière.

La Métropole dispose de deux bases de loisirs : Jumièges et Bédanne avec des plans d’eau, mais aussi d’espaces verts et récréatifs. Ces bases ont été financées en partie par le FEDER lors de leur création et de leur rénovation.

Depuis quelque temps, les citadins aiment se ressourcer dans la forêt. Le succès de l’accrobranche et des locations de cabanes dans les arbres le montrent. Deux établissements rouennais (Arbr’en Ciel et Espace Aventures Normandie) proposent ce type d’activité. Et il n’est pas rare de rencontrer dans les forêts  rouennaises des personnes, qui tels les Saxons animistes du temps de Charlemagne, enlacent des arbres  … « afin d’en capter l’énergie vivante » !

Les forêts sont aussi parfois des lieux d’expression culturelle. Ainsi la Forêt Monumentale, exposition pilotée par la Métropole Rouen Normandie en collaboration avec l’ONF (Office National des Forêts), propose 4 kilomètres d’un parcours d’œuvres monumentales en forêt Verte, située à proximité immédiate de Rouen. Cette exposition est durable, gratuite, réjouissante et programmée de septembre 2019 à septembre 2021.

Pour en savoir plus :

Vous aimez ? Partagez

1 Comment

  1. Bravo… de beaux lieux… protégeons les… Rendons les plus accueillants pour tous… en pensant aux sanitaires… Se laver les mains est, enfin, devenu un conseil très appuyé.
    Merci pour ce document.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *