Parcours européens à Rouen

Cathédrale de Rouen
Centre Historique de Rouen

La cathédrale Notre-Dame de Rouen

Une architecture qui nous parle d’Europe

La Cathédrale de Rouen est un vrai livre à ciel ouvert de l’art gothique né en France dans le Bassin parisien et qui se diffuse dans toute l’Europe, notamment dans l’Angleterre voisine, par l’intermédiaire des maîtres d’oeuvre (comme le Français Guillaume de Sens qui construisit la cathédrale de Canterbury), mais aussi en Allemagne, Italie, etc.

Commencée au XIIe siècle, elle ne fut achevée qu’au XVe siècle puis surmontée d’une tour en fonte au XIXe siècle, au-dessus de la tour lanterne si typique de l’art normand, à la croisée du transept et de la nef.
A noter les sculptures de pierre de la façade, du portail sud de la Calende et du portail nord dit «des Libraires» orné d’un beau jugement dernier.

Sur la façade, la Tour Saint Romain, à gauche, est de style gothique primitif à sa base et flamboyant aux derniers étages, alors que les portails sont de gothique classique et la Tour de beurre, à droite, construite entre 1485 et 1506 de style gothique flamboyant.

A ciel couvert, quand la lumière pénètre dans l’édifice par de larges verrières ménagées dans le quatrième étage des travées de la nef et des chapelles du déambulatoire autour du chœur, on peut admirer toute la grammaire des maîtres verriers du XIIe au XVe siècle.

Les vitraux de la cathédrale de Rouen

Sur les vitraux les plus anciens dominent le rouge et le bleu, comme sur ceux de la passion du Christ dans le déambulatoire sud. Ils sont aussi fortement encadrés de plomb noir.

Les vitraux de la cathédrale de Rouen

 

Les plus récents, par exemple ceux du maître verrier Guillaume Barbe, sont beaucoup plus clairs, de dessin très réaliste, de couleurs beaucoup plus variées. On est déjà très proche du vitrail de la Renaissance.

Les vitraux de la cathédrale de Rouen

La Renaissance est également très présente dans la Chapelle de la Vierge, dans l’ornementation du mausolée des cardinaux d’Amboise, grands introducteurs en Normandie de l’art de la Renaissance italienne au XVIe siècle.

Cathédrale de Rouen

A noter aussi les gisants des Ducs de Normandie Rollon et Richard Cœur de Lion. Ce dernier fut Roi d’Angleterre, Duc de Normandie, Comte d’Anjou et de Poitiers, Duc d’Aquitaine, bref,  plus ou moins souverain de la moitié de notre territoire, ce qui entraîna le conflit de la guerre de Cent Ans qui départagea et fixa les frontières de nos deux États.

 

Tombeau de la cathédrale de Rouen

Enfin,  signalons que la Cathédrale de Rouen était aussi un point de départ important en Europe du Nord de deux pèlerinages, celui du Mont-Saint-Michel et celui de Saint-Jacques de Compostelle.

Aller plus loin :
Et pour approfondir,  voir aussi les pages 30 à 35 de « Cent clés pour comprendre Rouen», Jean Braunstein, Edition des Falaises, 2014, un ouvrage intéressant et complet sur le patrimoine rouennais.

Vous aimez ? Partagez

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *